Effraction et vandalisme

Effraction et vandalisme

Effraction et vandalisme
Lors de la pose de fenêtres, baies et vitrines, les compagnies d’assurances demandent aux particuliers et aux entreprises de respecter des normes pour les vitrages destinés à protéger le logement ou local professionnel contre les effractions ou le vandalisme. Parmi les nombreux produits existant sur le marché, seul les vitrages répondant à la norme européenne NF EN 356 ont une capacité de résistance efficace contre deux catégories de dangers : vandalisme (projectiles, coups de pied, qui ont pour trait commun leur caractère improvisé), tentatives d’effraction (coups portés avec un outil avec l’intention de pénétrer à l’intérieur d’un commerce ou d’une habitation). Même s’il est impossible de garantir qu’un vitrage résiste à toute tentative de vandalisme et d’effraction, ceux répondant à la norme européenne NF EN 356 sont considérés comme retardateur d’effraction.
La norme NF EN 356 comprend 8 classes
Classement contre le vandalisme : de P1A à P5A     Le vitrage monté à plat dans un cadre de dimensions normalisées doit résister à la chute d’une bille d’acier de 4,11 kg, lâchée de différentes hauteurs un nombre variable de fois. Un matériau de classe P3A ne devra pas avoir été traversé par la bille d’acier lâchée d’une hauteur de 6 m à 3 reprises en 3 points d’impact définissant un triangle équilatéral.
Classement des vitrages retardateur d’effraction : de P6B à P8B     Le vitrage est préalablement brisé à coups de marteau en 12 points délimitant un carré de 40 × 40 cm, puis attaqué à la hache en cherchant à ouvrir cette fenêtre de 40 × 40 cm. La classe P8B est attribuée à un vitrage où plus de 70 coups de hache n’auront pas réussi à créer cette ouverture. Les menuiseries ont elles aussi un rôle important dans la pose du vitrage. Elles sont classées selon différents niveaux de performances définies par les normes NF ENV 1627 à 1630.
Certaines compagnies d’assurances exigent la pose de vitrages spécifiques, notamment pour des ouvertures exposées (rez-de-chaussée, lucarnes donnant sur une rue, etc.) ou des portes ou baies vitrées par exemple. Dans le cas contraire, elles peuvent appliquer des franchises ou refuser de vous indemniser lors d’effraction, accidents ou d’actes de vandalisme.

Les commentaires sont fermés.